Health

Association entre l’utilisation du lithium et l’incidence de la démence et de ses sous-types : une étude de cohorte rétrospective

Written by admin

Annexe S1. Informations supplémentaires sur les méthodes d’étude et les résultats.

Figure A : Association de l’utilisation du lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité avec un critère plus long (2 ans) pour identifier les médicaments/comorbidités (voir Méthodes). HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Figure B : Association de la durée d’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité avec un critère plus long (2 ans) pour identifier les médicaments/comorbidités (voir Méthodes). HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. NA indique aucun résultat (aucun cas correspondant). Figure C : Association de l’utilisation du lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité nécessitant au moins 2 ans de suivi. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Fig D : Association de la durée d’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité nécessitant au moins 2 ans de suivi. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. NA indique aucun résultat (aucun cas correspondant). Figure E : Association du lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en supposant que tous les utilisateurs de lithium étaient atteints de BPAD. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Figure F : Association de la durée de l’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en supposant que tous les utilisateurs de lithium avaient un BPAD. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. NA indique aucun résultat (aucun cas correspondant). Figure G : Association du lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en excluant les personnes diagnostiquées avec une dépression récurrente. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Fig H : Association de la durée d’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en excluant les personnes diagnostiquées avec une dépression récurrente. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. NA indique aucun résultat (aucun cas correspondant). Figure I : Association du lithium au développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en excluant la variable ethnique. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Figure J : Association de la durée d’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en excluant la variable ethnique. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Figure K : Association du lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en tenant compte des effets concurrents de la mort. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Fig L : Association de la durée de l’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en tenant compte des effets concurrents de la mort. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. NA indique aucun résultat (aucun cas correspondant). Figure M : Association du lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en contrôlant uniquement les facteurs de confusion connus au départ. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Fig N : Association de la durée de l’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en contrôlant uniquement les facteurs de confusion connus au départ. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. NA indique aucun résultat (aucun cas correspondant). Fig O : Association du lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en traitant l’exposition au lithium comme une variable variant dans le temps. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Figure P : Association de la durée d’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en traitant la durée d’exposition au lithium comme une variable variant dans le temps. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Fig Q : Association de la durée d’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité par regroupement des durées d’exposition intermédiaires au lithium. HR ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. Figure R : Association de la durée d’exposition au lithium avec le développement de la démence et de ses sous-types par les modèles à risques proportionnels de Cox : analyse de sensibilité en ajoutant un terme d’interaction entre l’exposition au lithium et la durée d’exposition (en plus de l’effet principal de l’exposition au lithium). Les HR correspondent à la durée d’exposition (le terme d’interaction); ainsi, des HR < 1 indiquent une réduction progressive du risque de démence pour chaque année supplémentaire d'exposition au lithium (au-delà du fait de l'exposition au lithium). HR non ajustés/ajustés, IC à 95 % et p-les valeurs ont été extraites de la régression de Cox pondérée par la probabilité inverse. Ajusté en fonction de l’âge, du sexe, de l’état matrimonial, de l’origine ethnique, du tabagisme, des troubles liés à l’alcool, de l’utilisation d’antipsychotiques, de la dépression, de la manie ou du BPAD, de l’hypertension, des maladies vasculaires centrales, du diabète sucré et des hyperlipidémies. BPAD, trouble affectif bipolaire/manie ; IC, intervalle de confiance ; HR, rapport de risque.

https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1003941.s002

(DOCX)

About the author

admin

Leave a Comment