Health

La réduction du risque CV devrait faire « partie intégrante » de la gestion des maladies auto-immunes

Written by admin

medwireActualités: Une grande étude publiée dans Le Lancet a constaté que les personnes atteintes de maladies auto-immunes ont un risque environ 1,4 à 3,6 fois plus élevé de développer une maladie cardiovasculaire (MCV) par rapport à la population générale.

Il s’agit « d’un ordre de grandeur similaire au risque causé par le diabète de type 2 », et indique que «[c]la prévention des risques cardiovasculaires doit être considérée comme faisant partie intégrante de la prise en charge des maladies auto-immunes », déclarent Nathalie Conrad (KU Leuven, Belgique) et ses collègues.

L’équipe a analysé les dossiers médicaux de 446 449 personnes au Royaume-Uni atteintes de maladies auto-immunes qui avaient moins de 80 ans au moment du diagnostic et qui n’avaient pas de MCV la première année suivante. Ces personnes ont été appariées à 2 102 830 témoins sans maladies auto-immunes qui présentaient des caractéristiques démographiques et cliniques similaires au départ.

Dans l’ensemble, 15,3 % des personnes atteintes de maladies auto-immunes ont développé une MCV incidente au cours d’un suivi médian de 6,2 ans, contre 11,0 % des témoins, ce qui se traduit par des taux d’incidence de 23,3 contre 15,0 pour 1 000 années-personnes et un rapport de risque (RR) de 1.56.

Conrad et son équipe notent que la plus grande augmentation du risque a été observée chez les personnes atteintes de sclérose systémique (HR = 3,59), d’insuffisance surrénalienne primaire (HR = 2,83) ou de lupus érythémateux disséminé (HR = 2,82). Les RR pour les autres maladies rhumatismales variaient de 1,47 pour la polymyalgie rhumatismale à 2,08 pour le syndrome de Sjögren, tandis que ceux pour les autres affections spécifiques aux organes variaient de 1,38 pour le vitiligo à 2,36 pour le diabète de type 1.

“Plus important encore, nous avons constaté que, parmi 19 des maladies auto-immunes les plus courantes, toutes étaient associées à un risque cardiovasculaire accru, ce qui indique que l’auto-immunité en soi, plutôt que n’importe quelle condition individuelle, est le facteur de risque”, soulignent les chercheurs.

“[T]La contribution potentielle de ces maladies aux maladies cardiovasculaires dans la population est bien plus importante qu’on ne le pensait auparavant », ajoutent-ils.

L’équipe a également montré que le risque de MCV « augmentait progressivement avec le nombre de maladies auto-immunes présentes », avec un HR de 1,41 pour une maladie, 2,63 pour deux et 3,79 pour trois ou plus.

Le risque accru associé aux maladies auto-immunes était constant dans tous les sous-groupes, y compris selon l’âge, le sexe et le statut socio-économique, mais l’augmentation du risque la plus élevée a été observée chez les personnes âgées de moins de 45 ans (HR = 2,33 contre 1,30 pour les personnes âgées de 75 ans ou plus) .

“Ces résultats justifient des mesures de prévention cardiovasculaire ciblées, en particulier chez les jeunes patients atteints de maladies auto-immunes”, déclarent Conrad et al.

L’auteur d’un commentaire d’accompagnement, Paul Ridker (Brigham and Women’s Hospital, Boston, Massachusetts, USA), estime que «[t]voici plusieurs implications immédiates de ces données.

“Premièrement, les lignes directrices pour la prévention des maladies cardiovasculaires en Europe doivent aborder directement le rôle des maladies auto-immunes et l’utilisation de biomarqueurs inflammatoires tels que la protéine C-réactive à haute sensibilité dans la détection des maladies cardiovasculaires – des mesures déjà prises aux États-Unis et au Canada.”

En outre, “le dépistage et la prévention cardiovasculaires de base devraient devenir routiniers pour la plupart des personnes atteintes de maladies inflammatoires chroniques” et “une attention particulière doit être accordée aux données d’essais randomisés obtenues dans la population générale qui pourraient éclairer le traitement chez les personnes atteintes de maladies auto-immunes”, ajoute-t-il.

“Un bon point de départ serait une utilisation accrue des thérapies hypolipidémiantes.”

medwireNews est un service d’information médicale indépendant fourni par Springer Healthcare Ltd. © 2022 Springer Healthcare Ltd, qui fait partie du Springer Nature Group

Lancette 2022 ; doi:10.1016/S0140-6736(22)01349-6
Lancette 2022 ; doi:10.1016/S0140-6736(22)01602-6

About the author

admin

Leave a Comment