Entertainment

La série “Le Seigneur des Anneaux” n’est pas le désastre que beaucoup avaient prédit

Written by admin

Et c’est ainsi qu’il arriva, la 21e année après l’arrivée de “Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l’Anneau” — et huit ans après « Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées », la conclusion de sa trilogie préquelle – qu’une préquelle préquelle a été montée sur Prime Video d’Amazon sous la forme d’une série télévisée : “Le Seigneur des Anneaux: Les Anneaux de Pouvoir.” Et avant même que sa substance ne soit révélée au peuple, sauf dans teasers et remorques et divers panneaux con et des vidéos promotionnelles, il y avait beaucoup de dissensions dans le pays sur la question de savoir si cela prouverait une force pour le bien ou pour le mal.

A en juger par la vlogosphère, « la force contre le mal » est l’opinion prédominante. Les titres des vidéos sur YouTube incluent “Les anneaux de pouvoir sont DOA”, “Pourquoi tout le monde déteste les anneaux de pouvoir… Déjà”, “Les anneaux de pouvoir vont sucer”, “Comment ‘Les anneaux de pouvoir’ auraient dû être Écrit » et « Rings of Power est une PARODIE du « Seigneur des Anneaux » », tous basés sur un minimum de preuves.

Eh bien, j’ai vu six des huit épisodes de la première saison, et “The Rings of Power” n’est ni un désastre ni un triomphe, simplement une télévision d’un genre visiblement cher et inspiré par intermittence. Il a l’air bien, a quelques performances charismatiques qui vendent les personnages et est dans l’ensemble regardable, même si quelque chose de moins convaincant – prévisible même dans les parties pleines de suspense, parfois excitant et parfois ennuyeux. Les scènes d’action, qui ont gardé les films vivants et attirent votre attention ici, sont relativement étalées, peut-être parce qu’elles sont chères et que la saison est longue.

Certains pourraient trouver cela disqualifiant, mais je me fiche de savoir à quel point la série s’écarte du matériel source, qui est au mieux sommaire – se déroulant bien avant que Frodon ne parte pour Mt. Doom, il est largement basé sur le roman du annexes – ou même si c’est dans «l’esprit de Tolkien», quoi que cela signifie pour un lecteur individuel. Que les elfes mâles n’aient pas tous les cheveux longs, comme ils le font dans les livres et les films, n’est même pas quelque chose qui m’a traversé l’esprit. Bien que beaucoup aiment creuser dans les détails des annexes cosmologiques, historiques et anthropologiques de Tolkien, ce qui compte est de savoir si la série raconte une bonne histoire – ou des histoires, car il y en a plusieurs, dont l’entrecroisement a tendance à retirer un peu de puissance au récit. Et mon verdict sur ce point est… ici et là, c’est le cas. Maintenant et encore. Certains scénarios fonctionnent mieux que d’autres.

En même temps, l’attrait des six films de Peter Jackson, adaptant l’ensemble des œuvres pré-posthumes de Tolkien, n’était pas seulement dans le récit mais dans la production elle-même, l’effort sans précédent déployé pour donner vie à un monde fantastique rendu complexe, que ce soit à travers des effets spéciaux ou un savoir-faire remarquable. Comme le font les films “Le Seigneur des Anneaux”, “Les Anneaux de Pouvoir” fonctionnent comme une sorte de récit de voyage imaginaire, transportant le spectateur à travers divers environnements, décors, cultures et palettes de couleurs, y compris ici l’île Atlantis-esque de Númenor, imaginée dans un style gréco-romain-égyptien nouveau dans la franchise. Et à cet égard, “The Rings of Power” est une balade agréable.

La série est entièrement conventionnelle, mais “LOTR” est lui-même conventionnel. Malgré toutes ses digressions narratives et la progression capricieuse de ses personnages, séparés et réunis, les deux romans de Tolkien sont assez simples : de petites créatures partent en quête tandis que de plus grandes créatures travaillent pour les protéger et un sorcier va et vient. C’est “Le Magicien d’Oz” avec des scènes de bataille, si le Lion essayait de tuer Dorothy et de voler les pantoufles de rubis.

Alors, que se passe-t-il dans le Second Âge de la Terre du Milieu, des milliers d’années avant les faits et gestes du Troisième Âge de “Le Hobbit” et “Le Seigneur des Anneaux” ? Les choses ont été calmes, sauf dans l’esprit de Galadriel (Morfydd Clark), qui deviendra Cate Blanchett; contre la sagesse commune, elle est convaincue que Sauron, cette personnification ténébreuse du mal, gagne en force, et en tant que commandant des armées du Nord, elle le poursuit de manière obsessionnelle jusqu’aux extrémités gelées de la Terre du Milieu – alors même que l’administration elfique actuelle est prête de replier ses défenses, proclamant la paix en leur temps. Dans les forêts et les champs, un groupe itinérant de Harfoots (comme les Hobbits, mais pas les Hobbits, ou pas encore les Hobbits), sous la direction de Sadoc Burrows (Lenny Henry), vit une vie de soulagement comique irlandais.

Les navires naviguent dans une ville portuaire située sur des falaises au soleil

L’un des principaux plaisirs de “The Rings of Power” est un récit de voyage à travers les terres de la Terre du Milieu.

(Amazon Studios)

Arondir (Ismael Cruz Córdova), une sorte de shérif elfe, un taciturne type occidental classique, a timidement l’œil sur le guérisseur humain Bronwyn (Nazanin Boniadi), une mère célibataire avec un fils adolescent, Theo (Tyroe Muhafidin). (Les elfes ne sont pas appréciés dans ces régions.) L’elfe à moitié humain Elrond (Robert Aramayo), qui doit plus tard diriger les choses à Fondcombe mais qui, pour le moment, ne fait pas grand-chose, est envoyé travailler avec l’ambitieux maître. forgeron Celebrimbor (Charles Edwards), qui rêve d’une forge géante avec “une flamme aussi chaude que la langue d’un dragon et aussi pure que la lumière des étoiles”. Afin de faire le travail “au printemps” (cela semble arbitraire), Elrond va demander l’aide des nains, seulement pour trouver son vieil ami le prince Durin IV (Owain Arthur) vexé qu’il ait fallu 20 ans à Elrond pour pour le voir et rencontrer sa femme (Sophia Nomvete).

La série est bien la belle-fille des films, tournés à nouveau en Nouvelle-Zélande, empruntant leur look, leur thème composé par Howard Shore, leurs repères musicaux à la « Carmina Burana ». (Bear McCreary est le compositeur de la série.) Il y a des cartes, heureusement. Les tropes sont familiers. Nori Brandyfoot (Markella Kavenagh), une jeune Harfoot ayant le goût de l’aventure, remplace plus ou moins Bilbon ou Frodon, une petite personne que le destin a choisie pour les grandes choses. L’amour interdit entre un elfe et un humain représenté par Arondir et Bronwyn est un peu Aragorn et Arwen. Halbrand (Charlie Vickers), que Galadriel rencontre naufragé au milieu de la mer Sundering, est, comme Aragorn dans sa tenue de ranger, un monarque déguisé; dès qu’il dit : « Mon peuple n’a pas de roi », vous savez à 100 % que c’est lui. (Il y a aussi un peu de Viggo Mortensen à propos de Vickers.) Theo tombe sur la poignée d’une épée brisée qui possède de la magie noire et dont on suppose qu’elle pourrait éventuellement le posséder, faisant écho au maître Ring de Sauron, qui à ce jour n’existe pas encore . Et comme dans “Le Seigneur des Anneaux”, la coopération nécessaire des races vertueuses mutuellement méfiantes de la Terre du Milieu – hommes, elfes, nains et Harfoots – pour combattre un mal croissant est un thème. (Aucun sorcier n’apparaît dans les épisodes à revoir, à moins que cet homme qui est tombé sur Terre à l’intérieur d’un météore – Daniel Weyman en tant qu’étranger – s’avère en être un.)

Avec le prix pour cinq saisons qui devrait atteindre 1 milliard de dollars (les droits coûtent à eux seuls 250 millions de dollars), il est prévu que ce soit la série télévisée la plus chère de tous les temps. Il est vrai que Jeff Bezos pourrait payer le tout de sa propre poche sans la moindre brèche dans son style de vie, mais il est prudent de supposer qu’Amazon n’est pas là pour perdre de l’argent, et pour récupérer sa noix – ou tout simplement pas être considéré comme un échec – “The Rings of Power” va devoir attirer non seulement des fans, mais aussi des personnes qui n’ont jamais lu les livres ni même vu les films. Il doit être intelligible pour les moins informés, ce qui signifie lisser l’action, couper les détails superflus (bien que certains ne considéreraient aucun détail superflu) et garder les relations entre les personnages et les royaumes au moins un peu évidentes et faciles à lire. Les showrunners JD Payne et Patrick McKay l’ont fait, et vous pouvez difficilement leur en vouloir.

Le truc avec la propriété intellectuelle, c’est que c’est une propriété, contrôlée par celui qui l’a payée en dernier. S’ils veulent démolir une belle vieille maison et construire un McMansion, personne ne peut les arrêter, même si le quartier peut protester. Tolkien a vendu le droit d’adapter « Le Hobbit » et « Le Seigneur des anneaux » en 1969 ; en 2017, Amazon a payé sa succession pour les droits sur les annexes et toute référence au Second Age dans la trilogie. (Le domaine est un partenaire producteur.) Il est laissé aux légions de fans de défendre les œuvres sur les plaines des médias sociaux, comme Éomer et Aragorn à la bataille des champs du Pelennor. Cependant beaucoup de bien cela leur fera.

Et parfois (certains) fans défendent les mauvaises choses, comme au moment d’attaquer la production pour sa mise en avant des rôles féminins et le casting d’acteurs de couleur là où Tolkien (et Jackson, à sa suite) ne voyaient que du blanc. Des preuves ont été avancées pour montrer que Tolkien était antiraciste dans la vie, mais il est indéniable que dans ses livres, les types d’Europe du Nord sauvent la mise des types basanés du Sud et de l’Est, qui se caractérisent par des éléphants géants et (comme dans “Le retour du roi” de Jackson) costume quasi-arabe. Pour être honnête, j’étais un peu inquiet que la série continue dans cette veine désagréable et heureux de voir que ce n’était pas le cas; Tolkien, diront certains, n’était qu’un homme de son temps, mais ce sont des temps différents. (Je rejette d’emblée tous les arguments qui emploient le mot “éveillé” ou utilisent la “diversité” dans un sens négatif.) “The Rings of Power” adopte, dans quelques cas, trop évidemment le langage des préjugés américains modernes pour faire un point, mais c’est une question de mauvaise écriture plutôt qu’une mauvaise idée.

Et en ce qui concerne les femmes dans “The Rings of Power” – et Jackson, rappelons-le, a mémorablement mis une épée dans la main de Liv Tyler dans “The Fellowship of the Ring” et a inventé une guerrière elfe, Tauriel, pour ses films “Hobbit” – Galadriel est de loin son personnage le plus attachant. Clark la rend motivée mais centrée, élégante mais dure à cuire. Elle semble appartenir naturellement à l’époque et au lieu et a fière allure en démontant un troll des neiges. La série n’est jamais ennuyeuse quand elle est à l’écran.

Ce qui m’a dérangé, c’est le fait que les personnages semblent parcourir de grandes distances sans effort, en un rien de temps. Cela ressemble à de la triche.

‘Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir’

Où: Amazon Premier

Lorsque: À tout moment, à partir de jeudi

Évaluation: TV-14 (peut ne pas convenir aux enfants de moins de 14 ans)

About the author

admin

Leave a Comment