science

L’éjection de masse coronale frappe Solar Orbiter avant le survol de Vénus

Written by admin

Activation et assistance

05/09/2022
13535 vues
91 aime

En bref

Aux premières heures du dimanche 4 septembre, Orbiteur solaire a volé par Vénus pour un manœuvre d’assistance à la gravité qui modifie l’orbite du vaisseau spatial, le rapprochant encore plus du Soleil. Comme s’il essayait d’attirer l’attention de l’orbiteur alors qu’il se rapprochait d’un autre corps du système solaire, le Soleil lança un énorme ‘éjection de masse coronale‘ directement sur le vaisseau spatial et la planète à peine deux jours avant leur approche la plus proche – et les données sont révélatrices.

En profondeur

Le 30 août, une grande éjection de masse coronale a tiré du Soleil en direction de Vénus. Peu de temps après, la tempête est arrivée sur la deuxième planète du Soleil. Alors que les données continuent d’arriver de Solar Orbiter, cette frappe révèle pourquoi la surveillance “in situ” de la météo spatiale et ses effets sur les corps et les engins spatiaux du système solaire sont si importants.

Survol de Vénus Solar Orbiter

Heureusement, il n’y a pas eu d’effets négatifs sur le vaisseau spatial car l’observatoire solaire ESA-NASA est conçu pour résister et en fait mesurer les explosions violentes de notre étoile – bien que Vénus ne s’en tire pas toujours si facilement. Les éjections de masse coronales ont tendance à éroder l’atmosphère de Vénus, en éliminant les gaz au passage.

Vole haut avec Vénus vole

Solar Orbiter est au quart de sa mission d’une décennie pour observer le Soleil de près et jeter un coup d’œil à ses pôles mystérieux. Son orbite a été choisie pour être en résonance étroite avec Vénus, ce qui signifie qu’elle revient à proximité de la planète toutes les quelques orbites pour utiliser sa gravité pour modifier ou incliner son orbite.

Jusqu’à présent, Solar Orbiter a été confiné au même plan que les planètes, mais à partir de février 2025, chaque rencontre avec Vénus augmentera son inclinaison orbitale, la faisant “sauter” du plan du système solaire pour avoir une vue des mystérieuses régions polaires du Soleil.]

Ce troisième survol de Vénus a eu lieu dimanche à 01h26 UTC, lorsque Solar Orbiter est passé à 12 500 km du centre de la planète, soit à très peu près 6 000 km de sa “surface” gazeuse. En d’autres termes, il est passé à une distance de la moitié de la largeur de la Terre.

Sa distance par rapport à Vénus, son angle d’approche et sa vitesse ont été méticuleusement planifiés pour obtenir l’effet souhaité exact de la grande attraction gravitationnelle de la planète – la rapprochant du Soleil comme jamais auparavant.

Solar Orbiter Flight Control Team lors des simulations de pré-lancement en 2020

“L’approche rapprochée s’est déroulée exactement comme prévu, grâce à une grande planification de nos collègues de Flight Dynamics et aux soins diligents de l’équipe de contrôle de vol”, explique Jose-Luis Pellon-Bailon, directeur des opérations de Solar Orbiter.

“En échangeant ‘l’énergie orbitale’ avec Vénus, Solar Orbiter a utilisé la gravité de la planète pour changer son orbite sans avoir besoin de masses de carburant coûteux. Lorsqu’il reviendra vers le Soleil, l’approche la plus proche du vaisseau spatial sera d’environ 4,5 millions de kilomètres plus proche qu’auparavant.

Comprendre les particules qui présentent un risque de rayonnement

Les données transmises à la maison depuis que Solar Orbiter a rencontré la tempête solaire montrent comment son environnement local a changé au fur et à mesure que le grand CME passait. Alors que certains instruments ont dû être éteints lors de son approche rapprochée de Vénus, afin de les protéger de la lumière parasite réfléchie par la surface de la planète, les instruments «in situ» de Solar Orbiter sont restés allumés, enregistrant entre autres une augmentation de particules énergétiques solaires.

La connexion Soleil-Terre

Des particules, principalement des protons et des électrons, mais aussi des atomes ionisés comme l’hélium, sont émises par le Soleil en permanence. Lorsque des éruptions et des éjections de plasma particulièrement importantes sont tirées du Soleil, ces particules sont captées et emportées avec elles, accélérées à des vitesses proches du relativisme. Ce sont ces particules qui présentent un risque d’irradiation pour les astronautes et les engins spatiaux.

Améliorer notre compréhension des CME et suivre leur progression à mesure qu’ils traversent le système solaire est une grande partie de la mission de Solar Orbiter. En observant les CME, le vent solaire et le champ magnétique du Soleil, l’engin spatial dix instruments scientifiques donnent un nouvel aperçu de la façon dont Cycle de 11 ans de l’activité solaire fonctionne. En fin de compte, ces découvertes nous aideront à mieux prévoir les périodes de temps orageux dans l’espace et à protéger la planète Terre des explosions violentes du Soleil.

Au revoir, Halo ?

SOHO capture l’éjection de masse coronale de l’autre côté du Soleil en direction de Vénus

Cette CME récente illustre une difficulté dans les observations météorologiques spatiales. Comme on le voit dans cette séquence de SOHO, un “halo complet” est visible lorsqu’un CME arrive directement sur la Terre ou, dans ce cas, se dirige directement vers la “côté éloignée” du Soleil.

Déterminer si les éjections de masse coronale se dirigent vers la Terre ou s’en éloignent est délicat lorsqu’elles sont vues de la Terre, car dans les deux cas, elles semblent s’étendre. L’un des nombreux avantages de la venue Mission de veille est qu’en combinant les images prises depuis la direction de la Terre et la position de Vigil du «côté» du Soleil, le cinquième point de Lagrange, la distinction entre une tempête venant en sens inverse ou au départ sera facile et fiable.

La météo spatiale devient profonde

Le Soleil exerce son influence sur tous les corps du Système Solaire. C’est la raison pour laquelle aucune vie n’a pu survivre sur les planètes intérieures, les températures étant trop chaudes et leurs atmosphères ayant été dépouillées depuis longtemps.

Alors que nous nous aventurons de la Terre à la Lune, il est essentiel que nous comprenions comment la météo spatiale peut affecter les corps humains, les robots, les systèmes de communication, les plantes et les animaux.

Les vues stellaires de Solar Orbiter laissent entrevoir l’avenir de Vigil

En plus d’une gamme d’outils pour comprendre l’effet du Soleil sur l’infrastructure de la Terre, l’ESA Réseau de services de météorologie spatiale alerte actuellement les équipes effectuant des missions dans tout le système solaire des conditions météorologiques spatiales extrêmes, avec des prévisions pour Mercure, Vénus et Mars librement disponibles via le portail du réseau, et Jupiter en route.

“La collecte de données sur des événements comme celui-ci est cruciale pour comprendre comment ils se produisent, améliorer nos modèles de météo spatiale, nos prévisions et nos systèmes d’alerte précoce”, explique Alexi Glover, coordinateur du service de météorologie spatiale de l’ESA.

“Solar Orbiter nous offre une excellente opportunité de comparer nos prévisions avec des observations réelles et de tester les performances de nos modèles et outils pour ces régions”.

About the author

admin

Leave a Comment