science

Les descendants de centenaires ont des avantages génétiques

Written by admin

Concept de mutation génétique de l'ADN

Une personne qui a atteint l’âge de 100 ans est appelée centenaire.

Les descendants des centenaires ont des profils d’expression génétique similaires à ceux des centenaires et sont moins fragiles.

Les enfants de centenaires ont un profil génétique unique qui peut expliquer pourquoi ils sont moins fragiles que les enfants de non-centenaires du même âge. C’est la principale conclusion d’une recherche menée par l’Institut de recherche en santé (INCLIVA), l’Université de Valence (UV) et le Consortium espagnol CIBER sur la fragilité et le vieillissement en bonne santé (CIBERFES), qui a été publiée dans Les revues de gérontologie.

Les centenaires présentent une longévité extrême et une compression de la morbidité et ont une signature génétique unique, et leur progéniture semble hériter de leur compression de la morbidité, mesurée par des taux plus faibles de pathologies liées à l’âge. L’objectif des travaux menés par l’équipe dirigée par José Viña a donc été de déterminer si les descendants de centenaires sont moins fragiles et s’il existe une « empreinte génétique centenaire ».

Consuelo Borrás et José Viña

Consuelo Borrás, coordinatrice de l’étude et chercheuse au CIBERFES ; José Viña, responsable du groupe CIBERFES, chercheur principal du groupe de recherche sur le vieillissement et l’exercice INCLIVA et professeur à l’Université de Valence. 1 crédit

Pour ce faire, un échantillon de 63 centenaires, 88 de leurs descendants et 88 descendants de non-centenaires ont été prélevés dans une zone sanitaire proche de Valence. Les participants devaient être âgés de 65 à 80 ans, avoir des parents vivants âgés de plus de 97 ans et être exempts de maladies en phase terminale afin de participer à la recherche. Les critères de fragilité de Fried, qui définissent une personne comme fragile si elle présente une perte de poids involontaire, de la fatigue, de la faiblesse (force de préhension), une vitesse de marche médiocre et une faible activité physique, ont été utilisés pour déterminer le niveau de fragilité.

Selon l’une des coordinatrices de l’étude, Consuelo Borrás : « Nos résultats montrent que les descendants de centenaires sont moins fragiles que leurs descendants de non-centenaires du même âge. Nous avons également collecté[{” attribute=””>plasma and peripheral blood mononuclear cells from the sampled individuals and found that the gene expression patterns (miRNA and mRNA) of the offspring of centenarians were more similar to the patterns found in centenarians than in those of offspring of the non-centenarians, despite having the same age.”

The researchers conclude that this means the descendants of centenarians are less frail than the age-matched descendants of non-centenarians, “and this can be explained by their unique genetic endowment.”

This study, a pioneer in comparing functional profiles (states of frailty) and genetic profiles (miRNA and mRNA expression patterns) of the offspring of centenarians and non-centenarians reinforces, according to José Viña “the idea that the former are genetically different from their peers and resemble the unique genetic characteristics of centenarians, so our results may help to further progress in identifying key genetic and functional characteristics that can be considered biomarkers of successful aging.”

Centenarians are an example of successful aging.

The over-60s age group is growing faster than any other as a result of greater life expectancy and lower birth rates. Much research in this area has focused on increasing the number of years of disability-free life expectancy (useful life), frequently called “successful aging”. Centenarians are considered model cases of this “successful aging”, as they appear to largely avert or delay the onset of age-related diseases or geriatric syndromes, thus exhibiting a decelerated aging trajectory.

Reference: “Functional Transcriptomic Analysis of Centenarians’ Offspring Reveals a Specific Genetic Footprint That May Explain That They Are Less Frail Than Age-Matched Noncentenarians’ Offspring” by Marta Inglés, Ph.D., Angel Belenguer-Varea, MD, Ph.D., Eva Serna, Ph.D., Cristina Mas-Bargues, Ph.D., Francisco J Tarazona-Santabalbina, MD, Ph.D., Consuelo Borrás, Ph.D. and Jose Vina, MD, Ph.D., 28 May 2022, The Journals of Gerontology Series A.
DOI: 10.1093/gerona/glac119

About the author

admin

Leave a Comment